Sanctuaire Saint Pierre Chanel-Cuet

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir les dernières informations, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.

(Votre adresse mail ne sera jamais utilisée hormis pour vous envoyer une newsletter)

Liens utiles :

Méditation du Mois d’octobre 2019

Selon la volonté du pape François ce mois d’octobre est un « mois missionnaire extraordinaire », avec pour thème : « Baptisés et Envoyés : l’Eglise du Christ en mission dans le monde. »

Saint Pierre Chanel  a eu ce désir de la mission très jeune alors qu’il lisait des récits de missionnaire chez l’abbé Trompier à Cras. L’abbé était abonné aux « lettres édifiantes » donnant régulièrement des nouvelles des missions. Le petit  Pierre  dira : « moi aussi je veux être missionnaire ». A 14 ans,  en 1817, lors de sa première communion, sa décision est prise. Il confiera plus tard : « c’est l’année où je formais le dessein d’aller dans les missions lointaines… »

Pendant près de 20 ans   ce désir grandira et sera nourrit par la prière, l’adoration, la messe et le chapelet quotidien, ainsi que par le service des plus petits, des pauvres et des malades.

Il pourra exprimer toute sa joie en 1836, quand «  la petite société de Marie vient d’être approuvée. » Il renouvellera sa demande de partir en mission, « j’ai manifesté mes vieux désirs » confiera-t-il dans une correspondance.

On peut dire que durant toute sa vie saint Pierre Chanel a eu cette soif de la mission. Il l’a vécu d’abord de façon « ordinaire » dans sa vie d’adolescent, de séminariste, de prêtre puis de professeur, avant de pouvoir la vivre de façon plus « extraordinaire » jusqu’au martyr sur l’île de Futuna !

Il donnera ce conseil : « Soyez toujours missionnaire de prière afin de pouvoir l’être d’action ».

Le pape François nous le rappelle dans son exhortation  « La Joie de l’ Évangile » : « Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’Amour de Dieu en Jésus-Christ : nous ne disons plus que nous sommes « disciples » et « missionnaires », mais toujours que nous sommes « disciples-missionnaires ».

Alors  pour ce mois d’octobre 2019  écoutons le pape François qui nous encourage :  « Que le mois missionnaire extraordinaire soit une occasion de grâce intense et féconde pour promouvoir des initiatives et intensifier de manière singulière la prière – âme de toute mission -, l’ annonce de l’ Évangile, la réflexion biblique et théologique sur la mission, les œuvres de charité chrétienne et les actions concrètes de coopération et de solidarité entre les églises, afin que se réveille et que jamais ne nous soit volé l’enthousiasme missionnaire. »

Que par l’intercession de saint Pierre Chanel Le Seigneur nous fasse renouveler la grâce de notre baptême et de notre première communion afin que nous puissions être à notre tour des disciples-missionnaires.

En septembre: faire sa rentrée dans la confiance

... en s’appuyant sur Marie, un événement de la vie de saint Pierre Chanel peut nous y aider.

Fin août 1831, Pierre Chanel, jeune curé depuis 3 ans à Crozet, savait qu’il allait partir pour sa nouvelle nomination comme professeur au  petit séminaire-collège de Belley, tenu par le père Jean-Claude Colin. Le dernier dimanche qu’il passa à Crozet, sans doute le 31, il consacra sa paroisse à la Sainte Vierge et il  chanta, d’après un témoin, le cantique : « Je mets ma confiance, Vierge, en votre secours… »

Ce témoin rapporte que la tristesse des paroissiens fut générale et qu’il dût partir en cachette au milieu de la nuit. Ce n’était pas pour se dérober, mais pour participer, du 1er au 8 septembre, à la première retraite des « aspirants maristes » réunis à Belley avec le père Colin. Après cette retraite de 8 jours, les aspirants signèrent une consécration collective dans laquelle il est écrit : « Sainte Vierge, voici les enfants que vous a donnés votre divin Fils et que vous avez choisis pour travailler à l’œuvre de votre Société. » Le père Colin dira de cette « Société de Marie » : « Dieu a voulu faire naître la Société dans un temps d’orgueil, d’incrédulité, c’est pour cela qu’il a voulu la faire naître petite, humble… Nous ne comptons pas sur nous… »

C’est dans cet esprit d’humilité, de simplicité et de zèle apostolique avec Marie pour modèle, « l’humble servante du Seigneur », que Pierre Chanel nous montre la voie.

A l’aube de la fête de la nativité de la Vierge Marie, le 8 septembre, confions- lui cette rentrée qui peut être pleine de promesses, de nouveautés, mais parfois source d’inconnues, d’inquiétudes, en nous redisant le conseil de saint Pierre Chanel : « Laissons faire, la Sainte Vierge sera bien arranger toutes choses.. »

Pierre CHANEL et le Curé d’ARS !

En ce mois d’août où nous fêtons, le 4, le départ au ciel du saint Curé d’ Ars, on peut se demander si Pierre Chanel a rencontré son contemporain Jean-Marie Vianney. Rien dans les écrits ne nous le révèle. Cependant on est frappé dans les églises de trouver des vitraux, des statues les représentant souvent côte à côte ; ou sur les anciennes bannières où les deux bienheureux figurent ensemble.


On sait que Pierre Chanel, en Août 1833 accompagnât le père Jean-Claude Colin à Rome auprès du pape Grégoire XVI pour lui présenter l’approbation de la jeune société de Marie qui ne sera obtenue que le 11 mars 1836. Le 29 avril à la parution du « bref OMNIUM GENTIUM » autorisant les maristes à élire un supérieur général et à faire des vœux simples, Pierre Chanel écrira : « notre petite société vient d’être approuvée ».


Dans son livre sur « Le Curé d’ Ars » Mgr Trochu indique que Jean-Claude Colin était très lié à Jean-Marie Vianney depuis leur séminaire passé ensemble. Ainsi on peut lire page 452 : « Le père Colin envoyait souvent ses religieux consulter son ami d’Ars ; le saint curé applaudissait de grand cœur aux initiatives du fondateur des Maristes. Lorsque les premiers missionnaires partirent pour l’Océanie, M. Vianney les aida de ses prières et travailla à leur procurer des ressources. » 
Ainsi indirectement Le curé d’Ars contribua à la mission de Pierre Chanel pour porter l’ Évangile au loin tandis que lui donnait toute sa vie pour les habitants de l’Ain.

 
Tous les deux avaient le goût inné de l’effacement, de la simplicité, et une tendre dévotion pour la sainte Vierge Marie :

 

Du saint Curé : « L’Ave Maria est une prière qui ne lasse jamais. » « Le moyen le plus sûr de connaître la volonté de Dieu, c’est de prier notre bonne Mère. »

Devise de Pierre Chanel « Aimer Marie et la faire aimer. » « Que par vous ô Marie le nom du Sauveur des hommes soit connu et adoré par toute la terre »

Pour le mois de mai écoutons et suivons saint Pierre Chanel qui a puisé dans son amour de La Vierge Marie sa disponibilité et le courage de la persévérance dans sa vocation « d’apôtre-missionnaire ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On rapporte qu’avant de partir « en terre de missions » Pierre Chanel est venu à Cuet faire un dernier adieu à sa famille et à ses amis. Il fit distribuer des images de la Vierge Marie avec sa devise : « Aimer Marie et la faire aimer » auquel il a ajouté la phrase : « Que par vous, ô Marie, le nom du sauveur des hommes soit connu et adoré par toute la terre ! »

 

Ainsi la « vrai dévotion » à Marie, à l’exemple de Pierre Chanel, nous conduit au Christ et fait grandir le désir de mieux Le faire connaître et aimer, et le désir de L’annoncer aux hommes (et déjà à notre voisin!)

 

« Notre Futuna à nous n’est pas à 22.000 km mais à 22 mètres ! » (Dixit le père Le Bourgeois recteur du sanctuaire)