Sanctuaire Saint Pierre Chanel-Cuet

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir les dernières informations, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter.

(Votre adresse mail ne sera jamais utilisée hormis pour vous envoyer une newsletter)

Liens utiles :

La vie de Saint Pierre Chanel

1803 : Le 12 juillet, naissance de Pierre CHANEL, à la ferme de « La Potière » à CUET, 5ème enfant au foyer de Claude CHANEL et de Marie SIBELLAS. C’est surtout la mère qui communique à son fils sa foi et son amour de la Vierge Marie : « Aimer Marie et la faire aimer ».

A l’âge scolaire, le jeune berger est placé, pendant l’hiver chez son oncle Antoine à Cras-sur-Reyssouze, ce qui lui permet de fréquenter l’école de l’instituteur et de suivre le catéchisme du curé Trompier. Bientôt celui-ci, très soucieux de l’éveil des vocations, organise au presbytère une petite classe de latin : « C’est à lui que je dois, après Dieu, le bonheur d’être prêtre ».


1817 : Le 23 mars, première Communion : « C’est cette année que je formai le dessein d’aller dans les missions lointaines ». Pierre prend la résolution de prier chaque jour le chapelet : il y sera fidèle toute sa vie.

1819-1827 : Vers le sacerdoce : - études au petit séminaire de Meximieux, où il reçoit le sacrement de la Confirmation (le 20 août 1823). Ce jour là il ajoute à son prénom ceux deLouis (en l’honneur du jeune St Louis de Gonzague qu’il prend pour modèle) et de Marie (à laquelle il a été consacré, par sa mère, dès sa naissance). – années de philosophie au petit séminaire de Belley (1823-24) – trois années au grand séminaire de Brou (Bourg en Bresse).

1827 : Le 15 juillet ordination sacerdotale par Mgr Devie en l’église de Brou, première messe à Cras le 17. Nommé vicaire pendant un an à Ambérieu en Bugey et curé de Crozet (pays de Gex) pendant 3 ans. « À peine arrivé dans la paroisse, le père Chanel fit une visite pastorale dans toutes les maisons, il se concilia tous les cœurs parson affabilité et sa douceur admirable ».


1831- 1836: Professeur puis directeur spirituel au petit séminaire de Belley (actuellement Collège-Lycée Lamartine) que dirige le père JeanClaude COLIN. – en 1833 il part à Rome avec le père Colin qui présente au Pape le projet de la fondation de la Société de Marie – Claude Chanel, son père, et le père Trompier meurent en 1835.

 

1836 : Le pape Grégoire XVI approuve la Société de Marie qui est chargée de la mission en Océanie occidentale. « Mon cœur ne cesse de battre de joie, depuis que mon nom est inscrit pour le premier envoi de missionnaires ». Pierre Chanel embarque au Havre le 24 décembre pour l’Océanie, avec d’autres maristes sur « La Delphine ».


1837 : Le 8 novembre, après un long voyage de onze mois, riche en pĂ©ripĂ©ties, le père Chanel, agĂ© de 34 ans, dĂ©barque Ă  FUTUNA, accompagnĂ© par frère Marie-Nizier DELORME. Il cĂ©lèbre sa première messe dans l’île le 8 dĂ©cembre. « Mon premier soin devait ĂŞtre de visiter les diffĂ©rentes familles, d’étudier la langue et les mĹ“urs du pays, afin d’être bientĂ´t Ă  mĂŞme d’évangĂ©liser ». 


1838-1840 : Pendant trois ans, d’abord hébergé par le roi Niuliki, il apprend la langue locale, se rend auprès de tous particulièrement des malades, intervient pour réconcilier les belligérants, ce qui lui vaut le surnom de « l’homme à l’excellent cœur ». Il résiste à l’impression d’échec qu’il ressent et persévère dans son apostolat : « Dans une mission aussi difficile, il nous faut être des saints ». Quand survient des difficultés il se tourne vers Marie : « Laissons faire, la Sainte Vierge saura bien arranger toute chose ». Sa charité commence à rayonner sur l’île et dans le cœur de certains jeunes qui s’intéressent de plus en plus à cet ambassadeur d’un dieu inconnu.

1841 : Sa popularité grandissante inquiète le roi de l’île Niuliki. La conversion de son fils aîné Meitala décide le roi à en finir avec le missionnaire qui met en péril sa puissance : « que meure la religion avec celui qui l’a apportée ! ». Le 28 avril, il envoie des guerriers pour le tuer et piller sa demeure. Roué de coups des catéchumènes essayent de le relever : « Laissez-moi, c’est bien pour moi. Malié fuaï », le père Chanel est ensuite achevé, par Musumusu le gendre du roi, d’un coup d’herminette sur le crâne.


1841-1844 : Les fruits de son martyre, de sa vie offerte, ne se font pas attendre : un an après sa mort des missionnaires reviennent et en trois ans toute l’île de Futuna se convertie au christianisme, y compris son assassin Musumusu.


1889 : Le 17 novembre, le Pape Léon XIII le déclare bienheureux. Il fut canonisé par Pie XII le 12 juin 1954 et proclamé saint patron de l’Océanie. Il est fêté par l’Eglise universelle le 28 avril et, au sanctuaire Saint Pierre Chanel à Cuet le samedi le plus proche de cette date.